DANS LES COULISSES D'UN ATELIER

Image1.png
image site cdb.png

MA PETITE HISTOIRE

1999 je quitte Toulouse et m'installe sur le Bassin d'Arcachon avec ma tribu, un papa et 4 enfants.

Je finalise la rédaction de plusieurs essais et monte un projet associatif dédié à la création. 

2001 Ouverture sur Le Teich de « La Scribouille », ou comment écrire selon les règles mais sans prise de tête, en alliant créations artistiques et concours de mots. 

2006 L’atelier devient une boutique et se déplace dans la galerie U sous l’enseigne

«Rose Pudding». Je perds ma grand-mère, c'est une lourde épreuve. J'avais toujours préféré trainer dans l'atelier de mon grand-père plutôt que de la regarder coudre. Mon entêtement l'agaçait, elle disait "... si tu ne te conduis pas comme une fille, aucun mari ne t'épousera !" Je m'en fichais, je voulais écrire et couper du bois ! Son départ fut comme une révélation. J'avais ouvert une dernière fois sa boîte à boutons et installé au plus vite, une machine à coudre dans un coin du salon. Je n'avais pas appris mais je savais. Son souvenir ne me quittait pas, ainsi allait naître en 2007, ma toute première marque, Les Secrets de Grand’Mam, puis en 2014 Confiture de Bisous. La boutique est vendue. L’atelier Créateich ouvre ses portes en 2015 et se déplace provisoirement en 2021 Allée des Papillons. Un nouvel atelier boutique est en construction, inauguration début 2022 sur Mios.

 

UN PARCOURS TRES RICHE pour une toute petite vie

Grandir, je m'y étais refusée. Il était encore bon de jouer, de rire, de rêver, d'écrire des histoires, de manger du sucre, d'avoir des secrets. Je n'avais pas fait beaucoup d'études, ce n'est pas toujours une question de choix. Pour palier à mes lacunes, j'avais donc beaucoup travaillé et appris. Ce savoir naissant qui m'avait été offert, je n'avais cessé de le transmettre à mon tour, cherchant par tous les moyens, à partager ce qui me plaisait tant. A quoi bon ne rien donner si la vie vous offre de savoir créer.

 

Il me fut dit que j'étais insupportable puis curieuse et tardivement, hyper active. Cette hyper activité non décelée aux prémices de l'enfance, mêlée d'une personnalité ambivalente, fut tout à la fois mon ennemie et mon alliée. Grâce ou à cause de cette "anomalie comportementale" dont il me fut expliqué qu'elle était lourde de conséquences, je ne pus jamais répondre à la question embarrassante "...et toi, tu fais quoi dans la vie ?"

 

Moi ? J'étais une artiste à part entière, je m'étais délectée sur les planches de la comédie, j'avais passé des nuits à écrire, publié 5 romans, survolé des tas d'essais philosophiques, porté un grand intérêt à la psychologie, tenté la méditation, travaillé le bois, monté des projets caritatifs, peu dormi, croqué la vie comme pas permis ... Voilà qu'il me venait une autre passion, la création. Plus de doute, il y avait plusieurs "moi" en moi, comment pouvais-je savoir qui j'étais ! Et surtout, comment répondre à cette maudite phrase : "et toi, tu fais quoi dans la vie ?"

Finalement, on s'accoutume de ne pas être tout à fait comme tout le monde, on est habité de petites folies, on s'émerveille de tout. On peut être solitaire, silencieux, observateur mais se fondre dans la foule est aussi possible. On se moque du regard de l'autre, on est attentif mais jamais dans le moule. On a conscience de ne pas être née pour rester et chaque minute est un cadeau de la vie. On ne perd pas de temps et comme on dort peu, on s'épuise. L'hyper activité ne me laisse guère le choix ! Et j'aime ça !

UN UNIVERS tout en douceur

Objectif zéro déchet ☺

La volonté grandissante de participer à la préservation de notre territoire, et plus largement, de l’environnement, mais pas à n'importe quel prix et pas de façon brutale.

 

En ce sens, je suis attentive aux pratiques intelligentes des créatrices qui me devancent en matière d’éco-responsabilité. Je dessine des tutos simples pour des créations esthétiques, utiles, pratiques, lavables et durables. La personnalisation est réalisée avec des pochoirs coupés dans du carton recyclé.

 

Une affection pour les jolis cotons, le linge ancien, le chanvre, le lin et la toile de jute. Certains projets sont imaginés à partir de napperons, linge et dentelles chinés, d'autres avec du neuf achetés chez mes fournisseurs partenaires. Les chutes sont conservées et, bien assemblées, invitent à la créativité. Le choix est fait de privilégier, si possible, les matières qui ont peu voyagé mais pas toujours évident, la récup et le partage.

 

Si certains cotons traversent l’Europe avant de finir sous nos pieds de biche ou nos tables de diy, il ne sert à rien de se donner mauvaise conscience. On fait de son mieux. À chacun sa vitesse ! 

Au tout début, développer ma petite entreprise tout en favorisant une éco-démarche réfléchie m’était apparu tout à la fois complexe et non discutable. Complexe, car la culture du développement durable est arrivée tardivement dans notre quotidien et, non discutable, car l’idée de préserver l’environnement a enfin trouvé un sens dans mon existence.

 

Au fond, un soupçon de patience, d’ingéniosité et de bonne volonté m’a permis de changer peu à peu mes vieilles habitudes.

 

Mes histoires courtes pour parler de tout.

Une seule vie. Plusieurs casquettes.  

En marge de l’atelier, je ne cesse d’écrire et auto-publie cette année, mes livrets d’histoires courtes. Je pense que l’esprit se nourrit tout à la fois du quotidien et de l’imaginaire, comme si la complexité de l’un ne pouvait exister sans le génie de l’autre. Depuis l’enfance, je suis comme un serpent à « plumes », aspirée par un besoin instinctif d’observer tout autour et de consigner mes expériences de vie ainsi que celles de mes semblables dans des carnets.

 

À travers ces textes, sans préjugés, ni dramatisation, je cherche à décrypter l’autre, en cultivant, instant par instant, par le métissage de mes rencontres et de ma propre histoire, stratégies d’adaptation et émotions positives.

LE P’TIT MERCAT

Quand en juin 2019, l’association « Le Teich et Toi » me parle d'un projet de marché qui « part en vrac », je suis séduite.

 

Ce sera pour moi un coup de pouce dans ma quête de mieux faire et, pour tous, l’occasion de rencontrer producteurs et créateurs, acheter en direct, comprendre ce qui échappe parfois à notre entendement dans la complexité du circuit de consommation et découvrir le savoir faire des artisans.

À mon sens, le Mercat est devenu un rdv incontournable sur le Bassin d'Arcachon cependant je reste convaincue que nous ne sommes pas encore prêts à tout changer dans notre quotidien et nous satisfaire d'une consommation purement locale.     

Coups de pouce aux artisans

Rédactions gratuites de chroniques partagées sur les réseaux sociaux.

Venez découvrir les créations "Confiture de Bisous"

Pour rappel, le P'tit Mercat a lieu en général le 2e vendredi de chaque mois sous la halle du port au Teich de 16h30 à 21h00. (Hors période de confinement, bien sûr !)

Coup de gueule du samedi 31 octobre 2020

Nous sommes de nouveau confinés, enfin certains sont confinés, d'autres en activité ou bientôt sur les bancs de l'école. Les artisans et petits commerçants aux business dits non essentiels se sont vu retirer le droit d'exercer pour éviter, selon nos gouvernants, la propagation du virus. Je crois sérieusement que nous traversons une crise dramatique, meurtrière et qu'il était nécessaire de prendre des mesures pour la combattre. Mais je pensais moi aussi que la concurrence déloyale était une injustice punie par la loi. Cette loi vient d'être contournée. On peut assurer des aides financières aux petits acteurs de notre économie locale, certains, rideaux baissés, ne se remettront pas de cette fermeture imposée.

 

Ce matin, dans l'indifférence et en silence, commerçants et artisans à bout de souffle, pleurent le sort qui leur ait réservé pendant que sur les parkings des grandes surfaces et dans les chariots virtuels des géants de la vente en ligne, des milliers de produits non essentiels sont achetés.

 

Dans 15 jours peut-être, on dira qu'à bien réfléchir, le virus n'est pas plus meurtrier si vous achetez une robe dans la boutique du coin que dans le rayon de l'hyper, où des centaines de clients, attestation en poche, se promènent, se retrouvent, se ruent. Mais 15 jours auront suffi pour faire d'irréparables dégâts. 

D'où l'idée d'un marché solidaire en ligne que j'installe sur mon site jusqu'en décembre 2020.

 

Un grand merci à vous qui avez soutenu l'économie locale pour vos achats de Noël. Pour ma part, j'ai bien travaillé, les collections Confiture de Bisous ont plu, les commandes se sont succédées. J'ai des projets plein la tête !

Chuuuuut ...  l'atelier s'agrandit et déménage à Mios début 2022.