Rechercher
  • Lili P.

Marie, Infirmière


Marie est infirmière. Elle est une amie précieuse. On s’est adoptées bien avant de savoir qu’on vivait à 500m et toutes les dates de notre histoire, sont des souvenirs importants.


Ensemble nous avons gravi des montagnes, bravé les tempêtes, chanté quand il faisait beau, pleuré pour Charlie et d’autres. Nous avons souvent maudit la bêtise humaine mais nous voulions davantage faire de ce monde, un monde meilleur. Puis nous nous sommes recentrées sur l’essentiel et nous avons changé nos habitudes dans l’espoir qu'il n'était pas trop tard pour la planète.


Puis Covid-19 est apparu, comme un étrange voisin à la sale gueule cassée. Les peuples pensaient qu’il ne resterait pas et l’ont sous-estimé, le laissant finalement disposer de nos imprudences et notre incivisme pour tenter de nous réduire au néant.

Avec Marie, nous avons l’habitude d’échanger des messages quand la spirale du quotidien nous retient ailleurs. Parfois juste un mot pour ne pas s’oublier. Ces derniers temps j’ai tendance à lui demander de faire attention à elle. A travers ses écrits, je comprends que mon amie est épuisée, triste, inquiète.

Marie est au front. Quand très tôt le matin, elle ferme la porte de chez elle, elle est comme un soldat qu’on enverrait à la guerre, plus déterminée que jamais à exercer son métier.


Pendant que nous rageons de ces mesures qui bousculent notre quotidien, Marie, comme ses collègues soignants, traverse des moments éprouvants qui nous sont étrangers. Elle se montre forte, elle devra tenir le plus longtemps possible, physiquement, émotionnellement. Elle vit au jour le jour.

Comme chacune de nous, Marie pense à ses enfants. Ils sont confinés et le resteront pendant toute la durée de la crise sanitaire. Alors que nous sommes bouleversés devant les terribles chiffres annoncés, Marie, au contact des malades, dissimule son chagrin derrière un masque de fortune.


Il est encore temps de vous dire ... ... Mais si on avait su, depuis le tout début ! ... Si on nous avait montré ce qui nous attendait ! ... Si on nous avait dit qu’il ne nous serait plus permis de serrer nos proches, d’accompagner nos malades, d’enterrer nos amis, on serait restés chez nous !

SE CONFINER, NOUS POUVONS ENCORE LE FAIRE. Pour nous préserver et sauver des vies, aider et préserver Marie, ses collègues SOIGNANTS et TOUS LES MÉTIERS INDISPENSABLES À NOTRE SURVIE.

FAITES-LE ! Il est encore temps.


Lili P.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout